Identification

L'AMIE Projets

Diaporamas et Témoignages

Diaporamas

2014-Village de L'espoir :2014/Diaporamas/CEDI-VE - Power Point 18 oct 2014.ppt

_______________________

Témoignages

Partenaire, Cap-Haïtien, Haiti

Je ne serais jamais assez reconnaissante pour l’aide, le support que L’AMIE nous a apporté.Dans les bons moments comme dans les moments difficiles, je pouvais toujours compter sur leur appui et leur conseil.

Notre organisme est un Centre pour aider les enfants de 0 à 6 ans. Pour cela, il est composé de trois grandes activités :

1. La médecine préventive – cours qui est donné aux mamans pour mieux prendre soin de leur enfant sur la nutrition et la santé ;

2. La stimulation infantile de 0-6 ans, qui est divisé en 2 parties :

- La stimulation infantile 0-3 ans – les mamans viennent avec l’enfant une fois par semaine et l’on aide l’enfant à progresser étape par étape;

- La stimulation infantile 3-6 ans – ce sont des enfants qui vont à l’école pré-maternelle et maternelle.

Grâce à votre aide, les enfants ont pu recevoir des médicaments, du lait pour bébés. Quant aux enfants des maternelles, ils ont reçu du matériel pédagogique pour un apprentissage selon leur âge. Ainsi, les enfants ont pu commencer à construire un avenir meilleur.

L’aide de L’AMIE ne se limitait pas à nous seulement. À travers le Centre, il a atteint tout le Département Nord et le Département Nord Est.

Plusieurs dispensaires, hôpitaux, équipes sociales, désiraient commencer un programme de prévention et de développement intégral de l’enfant.

Grâce à l’aide de L’AMIE, nous avons pu établir des sessions de formation qui se déroulaient généralement au Centre même. Lorsque le nombre de personnes à former était suffisant, comme à Carice, Grande Rivière du Nord, et Grison Garde, un groupe formateur du Centre se déplaçait pour aller donner la formation.

Avec l’appui de L’AMIE, plus d’enfants sont soignés, aidés dans leur jeune âge, et de nombreux cas de malnutrition sont sauvés.

Merci à l’organisme L’AMIE pour leur participation et leur encouragement en tout temps!

Sœur Biane Parisien, o.p.

Haut page

Mission en Haïti 2008

« Le cri du pauvre monte jusqu’à Dieu mais il n’arrive pas à l’oreille de l’homme.» De Lamennais.

Quelques jours suffisent pour que le peuple haïtien exerce son charme sur les visiteurs. La beauté des enfants, l’accueil de tous et la détermination de nos partenaires éveillent en nous l’attachement et le désir de collaborer au développement de ce pays. «Nou kontan ou la »  (heureux de vous voir).


Mais, que se fait-il donc d’intéressant en Haïti du côté des projets de L’AMIE?

Une école de Cap Haitien accueille 400 enfants domestiques appelés « restaveks » qui n’ont pas accès à l’école primaire publique à cause de leur âge car ils ont entre 8 et 18 ans. Ces enfants sont donnés par des parents démunis à des familles d’accueil en échange de leurs services de domestiques. Avant les cours de l’après-midi, un repas est servi aux écoliers pour s’assurer qu’ils mangent au moins une fois dans la journée.

D'autre part, un centre envoie des mères visiteuses arpenter les quartiers les plus défavorisés pour repérer les enfants négligés. Ces derniers sont alimentés, soignés et les jeunes mères inexpérimentées reçoivent une formation pour mieux éduquer leurs enfants.

Que peut-on faire de plus?

Nos partenaires doivent se donner des moyens de financer eux-mêmes leurs services. Il faut donc mettre en place des structures d’autofinancement.

Le Centre achètera cette année des tissus et confectionnera des costumes pour les enfants des maternelles. Les costumes sont obligatoires en Haïti pour éviter toute discrimination.
De plus, l’équipe de direction de l’école se propose de démarrer un projet de production agricole pour offrir des fruits et des légumes à de petites coopératives et générer des revenus pour l’école et les parents pauvres.


Pourquoi l’agriculture?

On constate que les familles paysannes quittent la campagne pour aller chercher une vie meilleure à la ville qui, hélas, n’a rien de plus à offrir. Des révoltes récentes en Haïti et en Afrique nous font prendre conscience des effets de notre mode de vie sur les populations pauvres. Cependant, cette explosion du prix des denrées alimentaires pourrait avoir un côté positif. Les paysans seront motivés par la rentabilité soudaine de l’agriculture; ce qui pourrait favoriser une relance vers l’autosuffisance alimentaire. Que pouvons-nous faire ici? Plutôt que d’envoyer nos surplus de céréales pour nourrir des gens quelques mois, aidons les paysans à s’outiller afin de favoriser l’autonomie alimentaire du pays. Et l’industrie parallèle viendra renforcer l’économie de ces pays.

Pour le moment, nous enclenchons ce mouvement d’autonomie alimentaire en soutenant le volet agricole de l'école : achats de graines de semence, bœuf et charrue, système d’irrigation, etc. C’est un début mais on ira plus loin avec l’appui de généreux québécois et la pluie du ciel…

Enfilons notre salopette de la coopération et ayons confiance que le soleil se lèvera bientôt pour tous les enfants du monde.«Mèsi enpil»(merci beaucoup) de cheminer avec un peuple qui veut conquérir sa dignité.


Gilles Lévesque

 

 

 

Faites u don

enfants_projets

Contactez le programme des projets

N’hésitez pas à nous contacter, il nous fera plaisir d’échanger avec vous!

Marie-Eve Pineau

Coordonnatrice des programmes: projets de développement
(418) 653-2409 poste 224
programmes@amie.ca